agrandir le texte retrecir le texte imprimer article

Le compostage domestique

Le compostage domestique est une méthode de traitement des déchets ménagers organiques.

Facile à mettre en œuvre chez soi, dans son jardin.

Il offre le double avantage d’une part, de contribuer à la réduction des ordures ménagères et à la préservation de l’environnement et, d’autre part, de procurer un excellent amendement organique gratuit pour le potager, les plantations ornementales ou les plantes en pot, à utiliser en surface ou après incorporation dans le sol.

Que valoriser par compostage ?

Tous les déchets de nature organique peuvent être compostés : épluchures de légumes, restes de repas, déchets de jardin, déchets de maison, etc.

Quel est le principe du compostage ?

Le compost provient de la transformation aérobie de déchets organiques par le biais de micro-organismes. Le produit obtenu se transformera dans le sol en humus, très utile pour la terre.

Les matières en compostage sont transformées naturellement, en présence d’oxygène et d’eau, par des micro-organismes (bactéries, champignons, actinomycètes) et des organismes de plus grande taille (lombrics, acariens, cloportes, myriapodes, coléoptères et autres insectes). Les déchets perdent leur aspect d’origine et deviennent compost, appelé "compost mûr". Ce produit présente une structure grumeleuse, de couleur foncée, à l’odeur de terre de forêt.

Pour produire un bon compost, il est nécessaire de respecter trois règles simples :
mélanger les différentes catégories de déchets, aérer les matières, surveiller l’humidité.

Selon leur nature, les déchets présentent des caractéristiques spécifiques dont il faut tenir compte pour l’efficacité du compostage.
En outre, il faut noter que les déchets non d’origine organique ne sont pas compostables (plastiques et tissus synthétiques, verre et métaux, produits chimiques, etc.)

LA METHODE

Un bon compostage nécessite de mélanger des déchets de catégories différentes.
Les déchets plutôt carbonés …
A mélanger les déchets plutôt carbonés, (tailles de végétaux, branches, paille, écorces, feuilles mortes, sciure, herbes sèches, papiers, cartons), qui se compostent très lentement avec les déchets plutôt azotés (les déchets de cuisine, tontes de gazon, pousses vertes) qui se dégradent très facilement et ont tendance à pourrir .

Les déchets humides …
A mélanger les déchets humides (déchets de cuisine, tontes de gazon, pousses vertes,) qui contiennent de l’eau, très utile au processus avec les déchets secs (les branches, paille, papiers, sciure) qui ne se compostent pas seuls.
 
A mélanger les déchets grossiers (tailles, déchets fibreux broyés) qui créent des vides facilitant l’aération avec les déchets fins (déchets de cuisine, sciure, tontes de gazon) qui se tassent empêchant le passage de l’air.

A noter quelques déchets qui se dégradent plus difficilement : les déchets très ligneux ou durs qu’il vaut mieux broyer et les graines de certaines plantes qui peuvent regermer.


Les déchets

Pour réaliser ces mélanges, il faut soit brasser les déchets dès le départ, soit les disposer en couches minces, alternées si c’est possible.
La mise en œuvre demande ensuite quelques opérations très simples telles que :
l’aération des matières par brassage régulier (notamment au début du compostage lorsque l’activité des micro-organismes est la plus forte, puis tous les 1 à 2 mois) : une fourche et quelques minutes suffisent !
la surveillance de l’humidité en arrosant lorsque le compost devient trop sec
l’intégration des déchets difficiles à composter (végétaux durs, longs, encombrants, etc.).

LES MOYENS

Il n’est pas nécessaire de disposer de moyens particuliers et onéreux.
Les outils et équipements habituels du jardinier suffisent à pratiquer le compostage domestique.

L’investissement principal concerne l’endroit du jardin où le compostage va être réalisé.
Le compostage peut se faire en tas, à l’air libre, à même le sol, ou en bac réservé à cet usage.

Le compostage en tas
Ce mode de compostage consiste à regrouper les déchets directement sur le sol afin de former un tas d’une hauteur variable (0,5 m à 1,5 m en moyenne).
Souple et facile d’utilisation, cette méthode demande quand même le respect de quelques règles :

Ne pas placer le compost juste en limite de propriété pour ne pas risquer de gêner

Ne pas le mettre dans un creux : l’eau pourrait s’y accumuler.

Ne pas le placer sur un terrain en pente pour éviter l’écoulement des "jus", en particulier vers le terrain des voisins.

Le processus de dégradation de cette méthode à l’air libre est assez lent (six mois à un an pour obtenir un compost mûr prêt à l’emploi) et soumis aux aléas climatiques.

Le compostage en bac
Dans ce mode, le compost se fait dans un composteur (bois, métal ou plastique). Il contient un volume réduit de déchets à composter et limite les effets de surface tels que l’assèchement ou le refroidissement. Le compostage peut être rapide (quatre à cinq mois).

Les avantages du bac sont l’encombrement et les nuisances visuelles réduits. Il n’est pas soumis aux aléas climatiques et assure une décomposition homogène pour l’ensemble de la masse.
Un composteur permet de fabriquer le compost même en ne disposant que de peu de place.

A noter qu’il est possible de composter en appartement (balcon) grâce à des bacs adaptés aux lieux, disposant d’un dispositif d’évacuation de liquides et d’une bonne aération.

En résumé
En bac ou en tas, sur un grand terrain ou un petit jardin, le compostage domestique réduira le volume des ordures ménagères et contribuera à la préservation de notre environnement.

Et ne pas oublier quelques règles d’hygiène au jardin :
se laver les mains après toute manipulation du compost ;
laver les fruits et légumes avant de les cuisiner.

Cet article est rédigé sur la base des informations et brochures proposées par L’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (ADEME)
- site Internet : www.ademe.fr


Conseil Eco-habitat

Permanences en Mairie, le samedi en dehors des vacances scolaires
Sur rendez-vous de 15h30 à 16h45

Contacts :
- Répondeur : 01 64 91 63 61
- mail : conseil.eco.habitat@mairie-limours.fr