agrandir le texte retrecir le texte imprimer article

Église Saint-Pierre de Limours

Les opérations majeures de restauration ont commencé.

La municipalité de Limours, au terme d’un long parcours administratif interminable encadré par la Direction Régionale des Affaires Culturelles, a pu réaliser cette année, en septembre, les premiers grands travaux de restauration de l’église paroissiale Saint-Pierre. Stéphane Berhault, architecte du Patrimoine et maître d’œuvre, nous livre ici le contenu des travaux.

Dans quel ordre les restaurations doivent-elles se faire ?
SB : Nous avons dû commencer, en septembre, par une intervention d’urgence sur une dégradation très localisée mais critique de la charpente, provoquée par un trou dans la couverture. Nous reprenons ensuite l’ordre prévu dans le diagnostic de 2009 : assainir le sol par un revers pavé qui permettra au sol de sécher tout en éloignant les eaux de pluie de la base des murs. Ensuite il faudra reprendre la charpente dans son ensemble.

Pourquoi une intervention d’urgence ?
Concrètement, la chute d’une tuile avait troué la couverture au mauvais endroit : juste au pied d’une ferme. L’entrait (qui assure l’assise) et le pied de chevron (blochet) qui prenaient l’eau se sont rapidement dégradés, affaiblis, faisant naître des risques à plus ou moins court terme pour la charpente et la maçonnerie. Et en contiguïté, le solin entre le toit et la tour-clocher fuyait (ce qui apparaît sur les voûtes), et nécessitait donc un remplacement. La rénovation a donc consisté à remplacer le pied de charpente, refaire la maçonnerie détériorée par l’eau, ainsi que la couverture pour étanchéifier.

Pourquoi le périmètre de sécurité intérieur reste-t-il en place ?
Le chantier n’est pas parfaitement achevé, il faut lever la dernière réserve avant réception définitive de l’ouvrage. Quant à celui du côté droit, nous devons d’abord identifier la cause de la chute des paillettes de plâtre.

Une nacelle a été déployée, de quoi s’agissait-il ?

Une inspection visuelle s’est avérée nécessaire pour juger l’état des ardoises et des zingueries à l’origine du dégât évoqué précédemment. Le résultat de cette nouvelle inspection va déterminer la suite des travaux et des engagements budgétaires.

Quelles sont les sommes engagées par la municipalité de Limours ?
L’opération sur la toiture et la maçonnerie a un coût total de 91 000 € TTC. Tandis que celle au sol, en comptant les expertises et contre-expertises, totalise une somme de 98 000 € TTC. Sur un tel édifice classé, la moindre intervention surtout en hauteur constitue un engagement très lourd. S’agissant de l’année 2019, sur mes recommandations et nonobstant le contexte financier difficile pour les communes, la municipalité envisage d’inscrire un engagement en investissement de plus de 100 000 € pour des travaux sur la charpente.

Nous ne manquerons pas vous informés de la suite de ces opérations d’envergure.